MISSION PÉROU

UNE EXPÉDITION POUR INVENTORIER, CONSERVER ET INFORMER

Découvrez le teaser du documentaire !


La sortie du documentaire est prévue pour Mars 2021.

UNE EXPÉDITION SCIENTIFIQUE

Un projet alliant science et coopération internationale

Porté par l’association Nature Conserv’Action, la mission Pérou à pour objectif d’apporter une expertise naturaliste à l’association AMPA (Amazonicos Por la Amazonia) en herpétologie.
Ainsi, l’équipe de Nature Conserv’Action est partie pendant 1 mois en expédition au Pérou dans la région de San Martin. L’objectif : inventorier l’herpétofaune (reptiles et amphibiens : serpents, grenouilles, crapauds, lézards,…) sur 3 concessions de conservation.

Sur chacune des concessions les scientifiques s’attachent à réaliser méthodiquement un protocole pré-établi pour chaque espèce rencontrée.
Ainsi, lorsqu’un serpent, une grenouille ou un lézard croise la route de l’un des membres de l’équipe, l’animal est capturé, et les actions suivantes sont mises en place :

1. Relevés des localisations GPS

2. Mesures biométriques (taille et poids)

3. Photographies d’identification

4. Relâche de l’animal

Ce travail a pour vocation de dresser un premier inventaire de l’herpétofaune des concessions de conservation et d’évaluer la richesse biologique de la région de San Martin.

DES ENJEUX DE CONSERVATION

Les amphibiens, un groupe méconnu

Les  amphibiens sont un groupe méconnu du grand public et souvent oublié. Ainsi, il n’est pas rare que de nouveaux arrivants s’installent, brûlent des parcelles de forêts et construisent un village sans même se rendre compte de l’impact engendré sur ces espèces.

Les serpents quand à eux souffrent d’une mauvaise réputation, souvent à tort.
Bien que certains soient venimeux, pouvant être mortels, ils n’attaquent que s’ils se sentent vraiment menacés. De plus, même lorsque le serpent mord il est probable qu’il n’injecte pas de venin, on parle alors de morsure « blanche ». En effet, les toxines présentes dans le venin des serpents sont des molécules complexes et leur production entraine un coût métabolique important.
Autrement dit, produire du venin demande beaucoup d’énergie. Le serpent peut ainsi choisir d’injecter son venin ou non (Young et al. 2002), et réaliser une morsure blanche qui lui suffit généralement pour prendre la fuite.

Cependant, lorsque l’on ne fait pas de différence entre venimeux ou non venimeux, et que l’on ne souhaite pas parier sur une possible envenimation, il est courant de tuer un serpent par précautions.

De nombreuses croyances existent aussi, mélange de savoir locaux et de superstitions. Si certaines s’appuient vraisemblablement sur des évènements éprouvés, d’autres avancent des faits biologiquement infondés pouvant menés à une perception biaisée de ces espèces.

De plus ces espèces sont indispensables au bon équilibre des écosystèmes.
À titre d’exemple les amphibiens ont un impact non négligeable sur la structure de leur environnement par la bioturbation du sol et aquatique (mélange actif des couches de sol ou d’eau). Il affectent également les fonction des écosystèmes telles que la décomposition ou le cycle des nutriments (Hocking et al., 2014) .

La littérature scientifique démontre que les serpents et les amphibiens contribuent directement et indirectement aux 4 types de services écosystémique (les services rendus par la Nature à nos sociétés) que sont :

  • les services de régulation,
  • les services d’approvisionnement,
  • les services de support,
  • les services culturels (Valencia-Aguilar et al., 2013).

En effet, par la consommation  des moustiques et de leur larves les amphibiens contribuent à réguler leur expansion (régulation).
Certaines espèces constituent une source de nourriture et un apport important en protéines (approvisionnement).
Par leurs activités certaines espèces influencent la structure du sol et le cycle des nutriment, donc permettent indirectement d’améliorer la qualité d’un milieu (support).
Finalement ces espèces se retrouvent dans les mythes et légendes des sociétés humaines, faisant partie intégrante de notre patrimoine culturel (culture).

Pour faire face à ces problématiques de perception, la connaissance est une des clefs !


.  Valencia-Aguilar, A., Cortés-Gómez, A. M., & Ruiz-Agudelo, C. A. (2013). Ecosystem services provided by amphibians and reptiles in Neotropical ecosystems. International Journal of Biodiversity Science, Ecosystem Services & Management, 9(3), 257-272.

Hocking, D. J., & Babbitt, K. J. (2014). Amphibian contributions to ecosystem services. Herpetological Conservation and Biology.

.  Young, B. A., Lee, C. E., & Daley, K. M. (2002). Do snakes meter venom?. BioScience, 52(12), 1121-1126.


VALORISER UN PATRIMOINE NATUREL ET CULTUREL

Un partenariat enrichissant

Notre association à pris part à ce projet en tant que partenaire.
Un membre de TLC est donc parti suivre l’expédition pendant un mois au côté de Nature Conserv’action.

Au cours des 4 semaines de terrain, il a pu suivre les travaux scientifiques et interviewer les habitants. C’est grâce aux images acquises qu’un court-métrage est actuellement en cours de réalisation.
Ce court-métrage a pour objectif de présenter la situation de l’herpétofaune et l’importance de son étude dans une région comme celle de San Martin.
On découvre la réalité culturelle qui se cachent derrière les enjeux écologiques.

L’apport de la science et le rôle fondamental de  l’interdisciplinarité sont mis en avant.

De la même façon que pour le moyen-métrage Horizon 2100, nous souhaitons valoriser une action positive au travers d’images vibrantes et de témoignages simples et honnêtes.

Si ce projet t’intéresse, n’hésites pas à aller voir nos autres projets en cours. L’image est toujours au cœur de ces projets et l’esprit reste le même !

Où en est le projet ?

Retrouvez ci-dessous toutes les dates clefs du projet Mission Pérou !

01 Octobre 2019

Session de terrain

NCA – Inventaire de l’herpétofaune sur les 4 concessions
TLC – Prises de vue vidéo-photographiques

01 Octobre 2019
01 Novembre

Post-traitement des photographies

Afin de valoriser les actions de l’association Nature Conserv’Action sur le terrain, et le partenariat mis en place avec AMPA.

01 Novembre
01 Janvier – 01 Décembre 2020

Montage vidéo

Dérushage, traductions des interviews, montage, colorimétrie,…

01 Janvier – 01 Décembre 2020
Mars 2021

Sortie du court-métrage

Ce film a pour objectif de présenter la mission ainsi que de valoriser le travail de conservation communautaire mis en place par les communautés locales.

Mars 2021